Escale à Canala

16 juillet 2011

Nous nous joignons à notre copine Marine et sa sœur Oriane pour un petit week-end sur la côte Est à Canala. C’est un coin que l’on découvre pour la première fois, et il y a vraiment de quoi en être enchanté. Les filles ont choisi un camping-gîte en bordure de rivière, appelé Haut-Gélima.

Question confort, c’est plutôt royal : il y a de l’espace, des petits farés individuels avec des arrivées d’eau, des barbecues, et même des prises électriques ! Quant au paysage… Voilà encore un nouveau petit coin de paradis. De nombreux gros rochers apparents sont posés au milieu d’une végétation haute et variée, avec notamment la présence imposante de grands banians, dont les ramifications enchevêtrées du tronc forment une masse splendide. Ça donne envie d’y grimper!

Grand banian La végétation du camping "Haut Gélima"

De nombreuses plantes ornementales ont été intégrées avec goût et harmonie, à ce site naturellement beau. Comme presque partout, les gens cultivent la passion des plantes, et ce gîte nous semble particulièrement soigné.

Fleur Hibiscus Fleur blanche

Le doux bruissement de la rivière incite au repos et à la détente. Les habitants-gérants nous accueillent avec le sourire, nous invitant à choisir un emplacement pour nos tentes. Visiblement, ils adorent jouer au Bingo. Au village, un marché porte ce nom, et c’est aussi l’activité principale proposée pour l’après-midi et la soirée.

Avant la tombée de la nuit, nous partons découvrir les sources d’eau chaude de Canala. Il ne reste que la devanture d’une ancienne station thermale et quelques baignoires fumantes entourées de tuyaux.

Façade d'une ancienne station thermale Les bains aux odeurs de soufre

Les guerriers kanaks avaient pour coutume d’y tremper leurs armes avant de partir au combat. Puis pendant la colonisation, les Blancs captèrent l’eau pour créer une station thermale qui fut détruite durant les Evènements, en 1981.

On se plonge un moment dans les baignoires chaudes aux relents soufrés (odeur d’œuf pourri). Je me fais une nouvelle copine, Angèle, petite poupée de 3 ans, toute rosée de chaleur, qui barbote avec nous dans la piscine et se met à pleurer pour repartir avec moi à la fin de la séance curative. Trop mignonne !

On retourne ensuite au camping pour une soirée « hamburger fait maison » !

Le lendemain, nous partons randonner vers les chutes d’eau.

Ballade vers les chutes d'eau Choisis ta direction Régime de bananes

En chemin nous faisons la rencontre de Joseph, le neveu du gérant, un gars originaire du coin, super sympa, qui se propose de nous conduire jusqu’aux chutes. Le long du sentier on s’attarde un peu sur les différentes plantations présentes en abondance ; bananiers, papayers, tarodières, cocotiers… Joseph nous coupe deux papayes bien mûres et il grimpe avec agilité tout en haut d’un immense cocotier pour en décrocher un chapelet de cocos verts.

Joseph

Pour info, on dit une noix de coco et un coco. Avant mon arrivée en Calédonie, je ne savais du tout à quoi ressemblait l’enveloppe fibreuse entourant la noix. Maintenant j’apprends à les éplucher au coupe-coupe (ou sabre d’abattis), mais Jean a une bonne longueur d’avance sur moi question technique. Et pour Joseph, n’en parlons pas, c’est comme décortiquer une cacahuète…

Tentative d'épluchage du coco par Léa Atelier coco

Lors d’une première escale en aval des chutes, on rencontre quelques filles de nos connaissances avec qui nous partageons l’eau et la chair de coco vert.

Le jus de coco c'est la santé Partage du coco vert
L’eau de coco a de multiples vertus. Considérée comme une source de vie, elle a été utilisée pour faire des transfusions de plasma aux blessés durant la guerre du Pacifique, grâce à son niveau d’équilibre électrolytique, identique à celui de notre sang. Riche en sels minéraux et substances nutritives, cette eau possède aussi des propriétés hydratante, décongestionnante, anti-cellulite et détoxifiante.

Et c’est reparti pour attaquer un bon dénivelé en  traversant des bosquets de bambous, dont certains serviront à la fabrication de cannes par Joseph, afin de faciliter l’ascension de ces demoiselles.

bosquet de bambou Le parapluie Kanak

Je crois que Joseph aura eu plaisir à être le guide de ces 6 jeunes femmes pour l’après-midi. Et Jean était content aussi. Arrivés en haut, nous avons pu admirer le magnifique point de vue sur la vallée dominée par les masses rocheuses et les cascades de crème fouettée… C’était beau à en couper le souffle… Mais vertigineusement haut également…

Les bassins avant la chute Vue sur la baie de Canala
Petit oiseau si tu n'as pas d'ailes...

Très stimulant pour imaginer des scénarios catastrophes (je suis très forte pour ça) ! Ce we fut pour nous une cure de bien-être, de santé et de sensations fortes.

Pause cascade En haut de la cascade de Ciu
La chute est dure

Vous pourriez aussi aimer...